27 avril 2011

Quand...

P1140299(1).JPG

Quand les phalènes s’éveillent, l’air se fait luisant sous la lune,

Tu viens par en dessous pour broder ma peau au point de croix,

Tu crées ton prénom, tu traces les lettres lentement une à une,

Le sang brille à la pointe de l’aiguille mais la douleur décroît,

Car enfin tu es là, au manque, je préfère la brûlure de la piqûre,

Quand les lumières s’éteignent aux réverbères de mes instants,

Et que je retrouve la profondeur de l’alêne qui donne la torture,

Je sais que je vis grâce à toi, alors demain ne sera plus un carcan…

 

Marie Lanson.

 

 

 

22:58 Écrit par Marie | Commentaires (6)